Valsavarenche 14-17.04.2017

Refuge du Fond d’Aussois… petite recherche sur Google pour savoir où ça se trouve : dans le parc national de la Vanoise. Voilà donc une région encore inexplorée par le CAS de St-Maurice, mais voilà, la météo est à nouveau contre nous, pour assurer le coup, nous prenons la direction de Pont au fond du Valsavarenche. Vallée bien connue de certain, un peu moins des autres. Le premier jour, histoire de couper le trajet en deux et de profiter de la fenêtre de neige revenue entre 12h00 et 12h24, nous mettons nos skis au Super St-Bernard. Direction la Dent du Grand Lé, c’est comme les Monts Telliers, mais avec la foule en moins. C’est donc au calme que nous attaquons cette jolie montée de 900m, le soleil nous fera vite comprendre que le printemps est déjà bien installé. Petit portage pour accéder au sommet où la vue s’ouvre sur les Grandes Jorasses, le massif du Trient et le sommet des Monts Telliers accessible ce jour-là uniquement sur réservation… Descente de rêve sur  »moquette » et pique-nique au soleil, au alentour de 14h00, il nous faut tout de même reprendre la route direction Pont, nous remontons le Valsavarenche où les vaches et moutons sont remplacés par les chamois et bouquetins qui broutent paisiblement au bord de la route.

Le lendemain, nous prenons la direction de la Punta Fourà (3411m), il nous faut tout d’abord remonter pendant 2h30 plein sud jusqu’au fond de la vallée sous l’œil du Ciarforon puis nous bifurquons à droite, direction un petit col accessible après un portage et une traversée au-dessus du couloir de descente. Encore quelques conversions pour atteindre le pied des difficultés, quelques pas de grimpe et nous atteignons le sommet. La vue s’ouvre sur le sud, tellement loin qu’on croirait presque voir la Mer Méditerranée… 🙂 A la descente, nous avons le privilège  »d’inaugurer » le couloir, qui est encore vierge de toute trace. Arrivé à l’hôtel, la bière sur la terrasse est bien méritée et les suivantes aussi!

Le 3ème jour, LE SOMMET de la région est au programme : Le Monte Taou Blanc. Bien que considéré comme une légende par certain, nous prenons quand même le risque d’essayer de l’approcher. Après 30 minutes de marche, nous devons déjà mettre les crampons pour traverser une pente surplombant une barre de rocher. Après ce passage délicat, nous atteignons le plat du Nivolet où nous croisons 2 skieurs de fond sortis de nulle part. Etant donné l’horaire avancé, il n’est pas prudent de continuer en direction du Taou Blanc, nous mettons le cap sur un sommet sans nom, qui sera néanmoins très sympa à skier. De retour à l’hôtel, nous vaquons à nos occupations habituelles, bières sur la terrasse pour certain, sieste pour les autres.

Le dernier jour, nous montons en direction du refuge Vittorio Emmanuele, point de départ pour le Gran Paradiso, mais notre objectif du jour est plus humble, un petit col entre la Tresenta et le Ciarforon. Après avoir survécut à la montée dans le couloir-de-la-mort-qui-tue, nous continuons plus détendu sur le grand plat du glacier. Au sommet il souffle à décorner des bœufs, nous entamons rapidement la descente, à la recherche des pentes, contre-pentes avec le meilleures conditions. Dernier effort pour rejoindre l’hôtel en skating et voilà c’est fini! Une dernière bière sur la terrasse de l’hôtel et nous reprenons la direction de la Suisse.

Merci à tous pour votre participation et merci à Nico pour l’organisation sans faille.

 

Toutes les photos…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *